Hyper confiant en son mimétisme ce lièvre m’a laissé approcher à seulement quelques mètre de lui sans bouger de son gîte diurne. Il n’a pas réalisé que la noirceur de la terre en ce lieu ne lui permettait pas le camouflage normalement obtenu avec une terre brune. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.